Vendredi 14

La main à la pâte

11h00, 15h00 et 16h30 / Le Moulin  / Environ 1h / 

Atelier famille de découverte autour de la fabrication du pain
Venez découvrir “Le Four et le Fournier”, pour vous initier aux gestes du boulanger, comprendre la vie de la pâte, façonner vos propres petits pains et les décorer avant dans les enfourner dans un modèle unique de four ambulant. Et pendant la cuisson, visitez le Moulin de Blanhac pour y comprendre les techniques anciennes de mouture grâce à la force de l’eau et les différentes étapes pour passer du grain de blé à une farine blanche et légère.

 Le bouton de rose  (Cie LM Creations)

11h00 et 17h15 / Grange des vachers /  1h10 / Seul en scène Ado Adultes / 

Auteur et interprète : Sophie Accaoui
Metteur en scène : Laurent Lévy
Création lumières : Élias Attig

Une conférencière docte et tatillonne expose ses recherches les plus pointues et ses travaux approfondis sur le “bouton de rose” alternant communiqués scientifiques, chansons et poésies. Elle n’hésitera pas à donner de son corps et de sa voix pour fouiller ce sujet fécond. De formation classique,Sophie Accaoui, chante en suivant sa fantaisie éclectique : l’opéra ou l’opérette, la comédie musicale, la musique contemporaine, parfois expérimentale. Alliant son hétéroclisme musical à son désir de culture décloisonnée, elle s’est lancée dans l’écriture-puzzle et l’interprétation du spectacle “Le Bouton de Rose” qui allie vers, prose et musique.

Charlie Hebdo « Drôle et pertinent. Ce spectacle démontre, sans pathos et avec un optimisme
communicatif, à quel point un simple organe peut incarner à lui seul toute la chape de plomb
morale, sociale et culturelle qui pèse aujourd’hui sur la sexualité des femmes. » Gérard Biard – 23 novembre 2011

Le Parisien Magazine « Le plaisir féminin a son spectacle. L’exigence scientifique flirte avec
la poésie et la chanson ; et l’érudition, avec le sourire. » – David Westphal – 9 décembre 2016

Figaroscope « Réjouira tout le monde et pas seulement les messieurs. »
Jean-Luc Jeener – Février 2011

France Musique « C’est léger, spirituel, formi-diable… et vous saurez tout. »
Jean-Yves Patte – 8 octobre 2011

Matt low

14h00 / Guinguette   / Environ 1h /  Rock Français

Avec Matt Low: Chant, guitare
Clément Chevrier: Basse, Harmonica
Olivier Perez: Batterie, Choeurs

Matt Low s’est découvert à nos oreilles il y a un an, musicien précieux laissant enfin entendre sa propre voix, aidé des mots de son ami Jean Louis Murat. Depuis ce premier EP, Banzaï, le chanteur a pris la route en groupe pour emmener ses chansons devant le public. Complété d’acolytes aux guêtres expérimentées, Olivier Perez – Garciaphone – et Clément Chevrier – Delano Orchestra –, le power trio alors constitué s’est fait grand véhicule : on improvise, on dilate, on triture la matière sans jamais oublier que l’on joue l’essentiel, des chansons. Les concerts se succèdent comme les rencontres, Armelle Pioline de Holden ici, le violoncelle de Guillaume Bongiraud là.

Le désert pourrait être un point de départ idéal à l’amoureux du voyage qu’est Matt Low, espace décharné à l’illusion d’infini, peuplé de sensations intenses. Mais il s’agit d’avancer, au-delà du décor, au son d’un chant sans équivalent, diction posée, timbre profond. Il s’agit d’être, le plus simplement possible.
De nouvelles chansons, nourries des complicités tissées et approfondies, ne demandent qu’à être gravées à l’aide du fidèle Peter Deimel. Et si l’on doit jouer aux comparaisons en écoutant les quatre titres de Hangar bleu nuit, le deuxième EP de Matt Low, on évoquera Giant Sand – le désert, encore… –, comme une inspiration de liberté, comme une vie riche de mille autres. De la pop de « L’Aventure » au calme trompeur de « Des nouvelles », du bonheur qui s’écoule depuis « De l’ermitage » au « Hangar bleu nuit », ballade terminale, les guitares de Matt rivalisent d’élégance, amies des chœurs, pianos, trompettes etc. venus en ponctuations légères. La vie s’écoule ainsi, dans la beauté d’une musique inactuelle.

ROSEMONDE  (Cie du Vide)

15h00 / Le Jardin  / Environ 1h 

Rosemonde n’est jamais bien loin.

Puisqu’elle est là… elle va en profiter pour tester en avant-première mondiale, une idée incongrue…

Celle qu’elle n’a jamais osé tester chez elle… même les volets fermés !!!!!

Ici devant vos yeux, Rosemonde va prendre des risques, des vrais…

De la peur, de l’émotion, de l’argumentation… Comment repousser le moment fatidique ?

Plus de temps pour ces simagrées…

Il faut sauter!!!

Rosemonde nous désarçonne, nous amène à l’opposé du prévisible.

Rosemonde, c’est une sorte de solo clownesque, mais c’ est avant tout un moment de vie… désopilant!

C’est gonflé, exagéré… tout juste extravagant ! Ce Spectacle ne se regarde pas, il se vit !

Pour en savoir plus : http://cieduvide.wixsite.com/cieduvide

On aime Julie Font qui était venu il y a déjà quelques années sur la grande scène avec son spectacle la petit fille agée. Du clown, des acrobaties, de l’humour, une poésie unique, Julie sait transcender la scène. 

 Sale Quart d’heure américain

16h00 / Lieu tenu secret  / Environ 40 minutes / Chansons d’amour

“Trop de célibataires et trop peu de belles rencontres. Se draguer sur Tinder? S’apprivoiser sur Glut’aime? Se renifler sur Adopte un mec? Se découvrir via des sites de rencontres communautaires diverses et variés? Certes…

… Mais le Sale Quart d’Heure Américain, c’est bien mieux que l’Amour sur les internets! Alors, quel est notre engagement? Ensemble, nous tenterons de prêter main forte à Cupidon. Tous ensemble, repiquons vos passions délavées par le temps et la routine! Oui, osons susciter la flamme du désir!

Qu’il s’agisse d’une cérémonie de mariage, d’une Sain-Valentin oubliée, d’une animation de bar-mitsva, ou encore d’accompagner un repas en tête à tête dans votre propre chambre à coucher, Le Sale Quart d’heure Américain saura rendre votre moment i-nou-bli-able. Vous avez des rêves de romances, nous avons les moyens de les réaliser”

Le Citronnier de Samantha Barendson Edition “Le pédalo ivre” 2014.

16h00 / Les Vachers  / Environ 1h /  Rêverie d’aprés midi / Lecture

  Dans un style très épuré, (piano/voix), Vincent LEYNAUD lit ce texte qui a obtenu le Prix de poésie “René Leynaud 2015”, décerné lors du printemps des poètes à Lyon, par l’espace PANDORA. Juché sur un tabouret, sont dits les mots (maux…) de cette petite fille, devenue grande, qui n’a de cesse de chercher la moindre brindille qui lui parlerait de son père…Brindille après brindille, elle reconstruit l’histoire…son histoire…

Accompagné adroitement au piano par Philippe COUSIN, vous entendrez des pièces de musique classique, de compositeurs connus (Chopin, Satie…) ou moins connus ( Chausson, Granados…).

PANIQUE CHEZ LES MYNUS ( Cie Colegram)

17h00 / L’écluse / Environ 1h / A Partir de 5 ans

Le laboratoire des Zygoscientifiques reçoit un étrange message extraterrestre : la planète Mynus est menacée par un monstre aussi étrange que dangereux. Le Professeur Zygote et son assis-tant partent à leur rescousse dans leur vaisseau spatial X22.

Le problème ? Depuis plus de dix ans, ces scientifiques n’ont rien réussi d’autre que déclencher des catastrophes… Il leur faudra l’aide précieuse des enfants pour traverser notre système solaire, rencontrer les Mynus et déjouer tous les pièges !

Avec (en alternance) : Cécilia Schneider, Coline Bouvarel, Gaël Dubreuil
Écriture et mise en scène : Coline Bouvarel
Regard scientifique : Florian Pont
Direction d’acteurs : Lucas Bernardi
Décors : Coline Bouvarel
Diffusion : Marie-Caroline Guérard

Les possédés d’après Albert Camus et Dostoïevski (Cie Rêve de Foin)

En deux parties :

19h00 : Première partie / Le Jardin  / Environ 1h / 

21h30 : Deuxième partie / Grande scène / 1h30

Possibilité de se restaurer sur place. 

 « Mesdames, messieurs, les étranges événements auxquels vous allez assister se sont produits dans notre ville de province. Là commence mon histoire. »

Russie, 1870. Les Possédés mettent en scène une galerie de personnages dramatiques. Ils en ont la conduite, les explosions, l’allure rapide et déconcertante. Ce sont des âmes déchirées ou mortes, incapables d’aimer et souffrant de ne pouvoir le faire. Nous voici plongés dans les coulisses d’une tentative de révolution nihiliste menée par des monstres, dans le labyrinthe des passions et des pulsions humaines, dans le chaos de nos sociétés modernes. L’espoir d’un monde nouveau et du salut de l’homme ne peuvent-ils renaître que sur un champ de ruine ?

En 1959, Camus adapte pour la scène le roman de Dostoïevski, Les Démons, publié en 1870, un roman qu’il admire et dont il a voulu, selon lui, suivre le mouvement profond, pour aller comme lui de la comédie satirique au drame, puis à la tragédie.

« La pièce doit débuter en feu d’artifice, continuer en lance-flammes, s’achever en incendie… »

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone